Eric Forey

 
Eric Forey a commencé la photo à 12 ans et le virus ne l’a plus lâché. Il a toujours apprécié cet acte de déclencher. Il est un urbain et donc naturellement attiré par cet environnement et toutes les palettes qu’il offre en permanence. L’apparition du numérique lui a enfin permis de maîtriser la chaine du déclenchement jusqu’au résultat terminal en lui ôtant cette frustration d’avoir soumis ses photos couleurs à un tireur industriel. Les rouges sont maintenant ceux qu’il veut. Les bleus aussi bien sûr. La photo lui est aussi nécessaire que la respiration. En animant des formations, il essaye de donner le goût pour la photographie urbaine, ce sont les moments où il sors de son égoïsme quasi autistique de photographe. Il en sort aussi lors de toutes les rencontres magiques que la photographie lui a donné l’occasion de réaliser et notamment lors de ses expositions individuelles ou collectives un peu partout en France.
 
Eric Forey au festival de la photographie de Dax
 

L’exposition

Happy Days est une série qui tente d’épingler des instants de vie heureux, des moments de soleil, de vacances. Elle est conçue comme une madeleine de Proust qui aurait voulu capter les odeurs du soleil, les bruits de la chaleur d’été, le goût du temps qui passe lentement. Il faut que tout cela vous revienne, quand, au creux de l’hiver et de ses nuits sans fin, vous ouvrez la boîte à trésors contenant ces photos. Vous y trouverez aussi des saveurs d’enfance, parfois de douce nostalgie, mais aussi d’impatience du retour des soirées dehors. Ce sont quelques fragments de mes bonheurs que je souhaite partager.
 

En savoir + sur le photographe Eric Forey