Marc LAMEY

Photographe professionnel français. Avec une forte inspiration venant de la musique, Marc Lamey se concentre principalement sur la photographie de portrait, de mode, la mise en lumière de la beauté dans le paysage urbain. Il aime les portraits mettant en scène la beauté du visage d’une femme et les couleurs brillantes.
Une grande partie de ses photos portent le nom d’un morceau de musique. La musique est inextricablement liée à sa créativité.

www.marclamey.com


L’exposition

An Eiffel story

«Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, je partirai, j’irai sur la route, j’irai vers la ville lumière. Dame de fer, dame de coeur, je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps».

«Regard, objet, symbole, la Tour est tout ce que l’homme met en elle et ce tout est infini..../...» comme disait Roland Barthes .

Vision iconique de Paris toujours différente, symbole de la féminité et de la beauté , femme gracieuse, femme sexy, tour Eiffel, tu représentes la mode, l’amour et ses voluptés.
Des robes légères portées à même le corps, des robes qui s’envolent et dévoilent à l’image de ce poème de T. Gautier «Que tu me plais dans cette robe, qui te déshabille si bien, faisant jaillir ta gorge en globe, montrant tout nu ton bras païen !».

 

 

Femmes de tout horizon, ayant pour point commun la volonté de braver les éléments et parfois même les observateurs, princesses d’un jour, jouant le jeu de la mode, de la beauté dans ce décor féérique sur mesure au pied du Trocadéro. Ce projet s’est déroulé sur plus d’une année, avec 80 sessions de photos et 230 modèles, par tous les temps, bravant tous les éléments, la canicule de juillet 2015 et surtout l’après 13 Novembre, avec un Trocadéro devenu désert où seules les forces armées des militaires de Vigipirate déambulent au petit matin.
Mais peu à peu, le temps aidant et les beaux jours arrivant, l’esplanade s’est de nouveau remplie avec ses cohortes de touristes et visiteurs, alors que la série «An Eiffel Story» se termine. Que dire, malgré les difficiles réveils à 4h30, il est toujours douloureux d’arrête une liaison dangereuse.
Ne sont dévoilées ici qu’une sélection de 10 photographies parmi des centaines d’images retenues. Une sélection difficile, on voudrait en garder tant !